Multiverse City

La ville de tous les défis
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [PV Luna] Un tendre rêve

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Futoshi
Petit garçon
Petit garçon
avatar

Masculin Messages : 49

Feuille de personnage
Koppais: 1500
Équipe:
Objets:

MessageSujet: [PV Luna] Un tendre rêve Mar 2 Mai - 21:34

Ce RP a été fait en collaboration avec Fromulus via le site Framapad

___________________

Futoshi s'était endormi après avoir passé une bonne journée avec ses nouveaux amis.
Mais au bout de quelques heures, après être totalement plongé dans son sommeil, il commença à s'agiter inconsciemment, l'air perturbé.  
Celui-ci se retrouve projeté dans un rêve, dans lequel il voyait Hotaru.  

"Hotaru !
Je suis tellement heureux de te voir !"


"Futoshi..."

"Hein ?"


Ce qui s'ensuivit ensuite ressemblait à une vision d'horreur, Hotaru souffrait énormément, elle se trainait à terre, était à bout de souffle et on la voyait même cracher du sang, Futoshi était terrorisé parce-qu'il voyait !

"Hotaru !
Non !
Reprends-toi, qu'est-ce qui ne va pas ?
Je peux t'aider ?"

   
"Futoshi... Pardonne... moi..."

"HOTARU !
NOOOOOOOOOON !!!!!!!!"


Le garçon, la tête tremblotante plongée dans le corps immobile de son amie, ne remarqua pas immédiatement le changement du décors l'entourant.
Seul les sanglots de Futoshi rompaient le terrible silence qui l'entourait, avant qu'une voix ne s'élève, déchirant le calme ambiant.
Une voix ferme, mais pourtant douce et presque réconfortante.

"Elle ne souffre pas réellement, tu sais."

Le garçon leva la tête, troublé par l'entente de cette voix qu'il n'avait jamais entendue auparavant.  

"Qui... Qui êtes vous ?"  

Autour de lui ne résidait plus que le vide.
Quelques étoiles semblaient parfois apparaître, brillant au loin, mais disparaissant tout aussi tôt.
Une présence se cachait quelque part parmi ces étoiles...
Le garçon pouvait le sentir, mais il ne put localiser précisément cette présence.
Quand soudainement, une étrange poussière apparu, volant autour du garçon, comme emportée par un vent pourtant inexistant.  
Une forme, étrange, certainement pas humaine, se dessina lentement à partir de cette poussière, alors que le corps d'Hotaru disparaissait progressivement.
Le garçon céda à la panique en voyant le corps dans ses bras se fondre avec la poussière, si bien qu'il ne fit pas attention à la personne qui s'approchait de lui.
Un sabot bleu se posa sur l'épaule du garçon, incitant ce dernier à se calmer et à lever la tête pour observer la personne venant d'apparaître.  



"Rien de tout ça n'est réel. Hotaru sera encore là à ton réveil, plus en forme que jamais.

"Alors... ...C'est un rêve ?"  

La créature équine souria, un sourire éclatant repoussant instantanément les craintes du garçon.  

"En effet.
J'ai sentit que ton sommeil était agité, aussi je me suis permise de venir ici pour interrompre ton mauvais rêve.
La nuit devrait se poursuivre de manière paisible pour toi, Futoshi."


"Veuillez m'excusez, je vous ai posé une question.
Qui êtes vous ?"


"Mon identité est-elle si importante à tes yeux ?
Disons que je suis une princesse chargée de protéger le sommeil des gens, dont les garçons comme toi."


(Ouah !
Une princesse !
J'adore les princesses !
Enfin, dommage que ça ne soit qu'un cheval.)


"Je t'entends, petit insolent !"

"Quoi ?
Mais... M... Mais je n'ai rien dit !"


"Ne fais pas l’innocent !
Tu crois que je ne sais pas à quoi tu penses ?
Je suis la gardienne de la nuit, ce qui m'implique de posséder des pouvoirs conséquents !
Aussi je lis dans tes pensées comme dans un livre ouvert, c'est un jeu d'enfant pour moi, tout particulièrement maintenant que nous sommes dans ton esprit !"


"Désolé, je ne savais pas, enfin, je... comment dire..."

Futoshi avait un peu peur mais n'osait même pas y penser car la créature le saurait.

"Et en quoi ça te dérange que je ne soit 'qu'un cheval ?'
Premièrement je ne suis pas un cheval mais une alicorne, et ensuite, ferais-tu partie de ces humains méprisables qui rejettent tout être différent d'eux ?
Ne me dis pas que tu es comme ça quand même ?"


"Non c'est pas ça !
C'est que... euh... Comment dire...
En vrai, j'aime les filles.
S'il y a bien une chose qui me rend heureux plus que tout est monde, et bien ce sont elles.
Mais j'aime les filles de mon espèce, les filles humaines.
Devant elle je me sens tout bizarres, je ne sais pas si c'est comme être amoureux mais cela y ressemble.
Devant des animaux ou des créatures magiques, c'est différent, je... enfin...
Comment je peux expliquer ça autrement ? Je ne peux pas avoir de tels sentiments pour une créature non-humaine !"


Dit-il en criant et en rougissant.
L'être aux allures animales posa son sabot sur son front pour le calmer.

"Allons allons, ne nous énervons pas pour si peu."

"Désolé, je ne dis pas que je ne vous aime pas, mais un amour entre moi et une des vôtres c'est quelque-chose d'impossible vous comprenez ?"

"Tu te laisse emporter, ma remarque faisait référence à ta capacité à accepter les autres, et non pas à se sentir attiré par eux.
Enfin, de toute façons je ne suis pas là pour ça."


"Pourquoi êtes vous venue me voir dans mon rêve ?"

"Comme je viens de te l'expliquer, je cherche avant-tout à protéger le sommeil des gens.
Je pense que tu réalise que tu étais en plein cauchemar avant mon intervention.
Mais si je suis encore là, c'est car je n'ai pas terminé de t'aider.
Les rêves sont des outils extrêmement puissants, ils permettent d'en apprendre beaucoup sur les gens, quand on sait comment les lire.
Et ce que j'ai vu dans ton mauvais songe m'a permis d'en apprendre beaucoup sur toi.
Mais dit-moi, y aurais-il quoi-que ce soit dont tu aurais particulièrement peur ?
Pas qu'une simple phobie, je parle bien de quelque-chose qui te terrorise au point de ne pas en dormir la nuit, quelque-chose qui te hante inconsciement en permanence ?"


"Quelque-chose qui me hante ?
Que voulez vous dire par là exactement ?"


Un sourire d'empathie apparu sur le visage du visiteur nocturne.

"Réfléchis, il n'y a rien qui te tracasse ces derniers temps ?
Une quelconque prise d'inquiétude envers un proche ?
Ou alors, pour y réfléchir d'un autre point de vue, une quelconque idée de ce qui aurais put te pousser à voir le corps mourrant de cette jeune fille dans tes bras ?"


Futoshi pensa un moment, puis se rappela de sa maladie d'hier soir.

"...Ah !
En vrai, il y a quelque jours, j'ai été un peu trop brutal avec le corps de mon amie, et le lendemain elle est tombée malade.
Elle m'a dit que ce n'était rien, mais je pense que c'était un peu ma faute et je culpabilise pour ça, et j'ai peur que quelque-chose de plus grave ne lui arrive à l'avenir"


La créature équine posa un sabot sous le menton, faisant mine de réfléchir.

"Je vois...
Mais je me demande...
Je me demande si le problème ne trouve pas sa source en quelque-chose de plus profond.
De ce que j'en ai vu, tu n'a connu cette fille que depuis peu de temps, et bien que je comprenne parfaitement que tu puisse te sentir responsable de ses maux, ça ne me paraît pas naturel que tu te torture comme cela pour une simple maladie.
...Peut-être vois-tu où je veux en venir ?"


"Ben pas vraiment en fait, je ressent ça car je l'aime c'est tout, en tout cas c'est ce que je pense."

"Ah, évidemment, ça remonte peut-être à un peu loin pour que ça te saute à l'esprit comme cela.
...Je peux te montrer le moment de ta vie qui t'aurais influencé à adopter le comportement que tu as aujourd'hui, mais je me doit de te demander ta permission.
Je ne me permet généralement pas, sauf en cas d'urgence, de fouiller autant en détail des souvenirs aussi sensibles, et je ne te cache pas que te rappeler cette période de ta vie ne vas pas te faire plaisir.
Mais je pense que c'est nécessaire, du moins si tu veux que je t'aide.
A toi de choisir, nous pouvons continuer, mais estime-toi prévenu, ou alors nous pouvons nous en arrêter là.
Je ne te jugerais pas si tu décide de prendre la seconde option."


Futoshi commença à avoir très peur, bien qu'il ne savait pas de quoi la créature voulait parler, son coeur battait anormalement vite et il sentait comme l'intérieur de son corps chauffé on ne sait comment, comme si quelque-chose stimulait désagréablement son esprit.
Mais il prit tout de même son courage à deux mains pour prendre sa décision.

"Eh bien... Je ne sais pas trop ce que vous voulez dire et à vrai dire cela me fait un peu peur.
Mais... Si cela peut m'aider à trouver les réponses aux questions que je me pose, alors j'accepte votre proposition, allez-y donc."


L'être quadrupède posa un sabot sur l'épaule de l'enfant.

"Futoshi...
Tu es un garçon courageux, quoi qu'on te dise, ne l'oublie pas.
Et contrairement à ce que tu affirme, je pense que tu a déjà une idée de l'endroit où nous nous rendons."


Soudainement, le décors se transforma, prenant la forme d'images défilant à toute vitesse, jusqu'à ce que des portes apparaissent de tout côtés, formant un grand couloir.

"Nous sommes dans le plan céleste.
Normalement, il y a beaucoup plus de portes, cet endroit pouvant me permettre d'accéder aux rêves de n'importe qui.
Mais je me suis volontairement limitée à ne faire apparaître que les portes qui te concernent.
Chacune de ses portes mène vers un songe, ou plutôt l'esquisse d'un songe.
Une quantité quasiment infinie de rêves que tu pourrais potentiellement faire, en prenant en compte l'état actuel de ton esprit.
Chacun de ses rêves pouvant se moduler en fonction des différents éléments qui agrémentent ta vie.
Mais nous ne restons pas ici, nous allons plus profondément dans ta tête."


Les portes disparurent, et cette fois, ce fut comme si les deux personnes étaient piégées au beau milieu d'une tornade, mis de côté le fait que l'on ne pouvait pas sentir la moindre brise.

"Nous sommes en train de plonger dans tes souvenirs.
Tu pourrais peut-être te rappeler de certaines choses...
Revoir des images de moments que tu a passés il y a quelques jours, ou alors déclencher des souvenirs dormants, c'est à dire des souvenirs présents dans ton esprit mais dont tu n'es pas apte à te remémorer, à moins que l'on ne t'y aide.
Dans tout les cas, ne te laisse pas distraire par toutes ces images.
Nous sommes de toutes façons presque arrivés."


En effet, le mur de vent autour d'eux semblait perdre en intensité, et petit à petit, un nouveau décors fut visible.
Un endroit calme, pouvant presque paraître verdoyant à première vue.
Mais au bout de quelques instants, le lieu parut plutôt recouvert de pavés et de roches, et le silence était finalement plus oppressant que reposant.
De nombreuses pierres taillées semblaient sortir du sol.
Et c'est quand l'être féminin s'asseya devant une pierre en particulier que Futoshi réalisa où est-ce qu'il était.

"...Je pense que tu devine qui est en train de se reposer là dessous, n'est-ce pas ?"

Futoshi regarda la pierre devant laquelle La créature noire s'était assise.
Quelque-chose était écrit dessus.
Futoshi lisait ce qui était écrit, puis réalisa tout de suite.

"Ce nom... Mais c'est...
MAMAN !"


Futoshi commença alors à pleurer.
Ses souvenirs revinrent dans son esprit et lui firent une grande blessure au cœur.

"Snif... Snif... Maman... J'aimais tellement ma maman... Pourquoi... Pourquoi ça a dût arriver... Snif.
OUIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIN !!!!!!!!!!!"


Plus les souvenirs refirent surface, et plus Futoshi se sentait mal.
Il pleurait toute les larmes de son corps en extériorisant sa douleur.

L'être aux sabots resta silencieux en observant le garçon sangloter.
Elle se doutait bien qu'il réagirait ainsi, n'importe quel enfant en ferait de même.
Oh, comme elle avait envie de serrer un bras autour de lui, d'essayer de le réconforter.
Malheureusement, elle savait très bien qu'elle n'avait aucun droit de se permettre une telle chose.
Ce n'était certainement pas le premier orphelin qu'elle tentait d'aider, et elle savait que le deuil est une épreuve que l'on doit hélas apprendre à affronter seul.
Essayer de réconforter l'enfant maintenant ne lui ferait aucun bien sur le long-terme, alors elle se contenta de lire les inscriptions de la tombe.
Immobile, silencieuse.
Elle laissa à l'enfant tout le temps qu'il lui fut nécessaire pour enfin sécher ses larmes.
Ce moment venu, elle sorti enfin de son silence.

"Je suis désolée de te faire passer par ça.
Crois-moi, je le fais pour ton bien, quand bien même je pourrais comprendre que tu ne me le pardonne pas.
Si ça ne te paraît pas trop indiscret, et parce que je n'ai aucune envie de le vérifier par moi-même...
Puis-je savoir ce qui lui est arrivé ?"


Futoshi prit le temps de se calmer, avant de répondre à sa question.

"Je, je ne sais pas exactement, je ne l'ai pas vue de mes propres yeux quand c'est arrivé mais...
C'était un jour où j'étais rentré de l'école, elle n'était pas à la maison ce soir là, et puis j'ai appris qu'il était arrivé un accident de la route, j'ai voulu me précipiter pour savoir ce qui se passait.
Mais le temps que j'arrive, il était déjà trop tard...
Maman s'en est allée pour toujours.
Bouhouhouuuuuuuuuuuuu !"


Expliquer tout ça lui remit les larmes aux yeux.

"...Je vois."

La créature mystérieuse repris un moment de silence, pensive.
Sa mère...
Elle ne se souvenait même plus de son visage.
Elle avait malgré-tout réussi à surmonter son chagrin il y a déjà bien des générations, un fait qui l'effrayait plus qu'autre chose.
Elle n'attendit cependant pas que le garçon ait terminé à nouveau de pleurer pour recommencer à parler.

"Tu te sens responsable, n'est-ce pas ?
Tu es persuadé que si tu étais arrivé plus tôt...
Ou alors, que si tu avais fait en sorte que ta mère n'aille pas travailler ce matin là, elle serais encore en vie."


"Que... Comment osez-vous ?
Je ne vous permet pas de me dire ça !"


Futoshi gifla le visage de la créature quadrupède.
Elle aurais pu sans aucun problème l'éviter, mais elle n'en fit rien.
Elle le méritais, elle le savait.
Pas comme si l'enfant étais en mesure de lui infliger une quelconque douleur.
Douleur physique, tout du moins.

"Vous savez sans doute que je me sens mal, pour plusieurs raisons, et que je me sens coupable de plusieurs choses, mais aller jusqu'à me mettre en tête que j'aurais causé la mort de ma mère que j'aimais tant, je ne l'accepterais sûrement pas de votre part !
Vous essayez de m'aider non ?
Alors pourquoi jouez vous de la sorte avec mes sentiments ?
Qu'est-ce qui vous pousse à m'infliger de telles blessures au cœur que je n'aurais surement pas souhaité recevoir ?
Je ne doute pas que vous êtes bien intentionnée, mais prenez compte de mes émotions et de mon état d'esprit enfin !"


"Je crois que tu précipite tes pensées sous le coup de l'émotion.
Je n'ai jamais dit, loin de moi cette idée, que tu es responsable de la mort de ta mère.
Personne ne l'est réellement.
Mais si nous sommes honnêtes, ce n'est pas vraiment ce que tu pense, n'est-ce pas ?
Tu aimerais pouvoir mettre la faute sur quelqu'un.
Même si tu le fait inconsciemment, tu pense que tu es au moins en partie responsable de ce qui lui est arrivé.
Je ne suis pas en train de t'infliger des blessures, je suis en train de te remémorer celles que tu t'es déjà infligées toi-même pendant tout ce temps.
Peut-être qu'il te faudra du temps avant de le comprendre.
Mais te faire du mal ainsi, que ce soit en mettant la faute sur toi, ou sur un autre...
Ça ne t'avancera à rien.
Et c'est là que tu fait inconsciemment la liaison avec Hotaru;
Tu n'a pas envie de revivre avec elle ce que tu as vécu avec...
...Elle.
Je ne te demande pas d'oublier ta mère, je ne suis pas en train de nier à quel point tu l'aimais ou à quel point tu l'aime encore aujourd'hui, et je ne suis pas en train de t'accuser de quoi que ce soit.
Je te demande juste de faire face à la douleur que tu a laissé bien trop longtemps t'influencer.
Tu ne te remettra peut-être jamais de sa mort, mais ce n'est pas une raison pour faire comme si Hotaru risquait la même chose.
Tu as peur de vivre ce que la vie a à te proposer, ça se sent dès qu'on pose le regard sur toi.
Et c'est précisément là dessus que j'essaie de t'aider."


"Je... Enfin..."

Futoshi doutait, son esprit était encore incertain de beaucoup de choses.

"Je ne sais pas à vrai dire, beaucoup de choses me paraissent floues.
J'ai rencontré Hotaru se jour là et je me suis énormément attachée à elle, je n'avais plus eu ce genre de sentiment depuis ceux que j'ai eu avec ma mère.
Je ne suis pas en train de dire qu'elle remplacera ma mère, je ne l'oublierais jamais, c'était la personne qui m'a été la plus précieuse, c'est pour ça que je n'aurais jamais voulu la perdre.
Mais, alors que j'étais seul..."


Une sorte d'illusion fit apparaitre Yoshi.

"Sympa et moi je compte pour du beurre ?"

"...C'est toi qui l'a amené ici ?"

La créature s'empêcha de ricaner, faisant mine de ne rien savoir.

"M'enfin Futoshi tu peux pas m'oublier quand même, je suis ton ami, tu peux quand même pas oublier comme ça ce que j'ai fais pour toi alors que t'étais au bord du gouffre !"

"Euh oui, ça je sais, mais là on ne parlait pas de toi, on parlait de mes inquiétudes par rapport aux soucis qu'à eu Hotaru l'autre fois."

"Ce caméo est terminé."

L'image de Yoshi disparut derrière un écran de fumée.

"Bref, je disais donc, alors que j'étais seul, elle était là, comme si une main me tendait derrière la lumière, vers les ténèbres dans lesquelles j'étais plongées jusqu'ici.
C'était une chance inouïe de l'avoir trouvée, et le temps que je l'ai avec moi, je ne veux vraiment pas perdre à nouveau celle qui m'est précieuse.
Comment dire, je tiens énormément à elle, je l'aime tellement, c'est pour ça que je ne veux pas qu'elle souffre, surtout je ne veux pas lui faire du mal.
Je veux la rendre heureuse, car elle me rend déjà heureux.
Elle est tellement pour moi. Je l'aime."


La bête mystique pencha la tête sur un côté tout en écoutant le garçon.
Un discours bien mature, pour quelqu'un de son âge.

"Je pense qu'au point où on en est, n'importe qui aurais déjà compris que tu tient tout particulièrement à elle.
Prend simplement garde à trouver les limites de ton amour, ou du moins, celles que tu doit te fixer.
Tu pourrais te retrouver à lui faire du mal, en ne lui voulant pourtant que du bien.
Et crois-moi, j'ai assez vécu pour savoir comment cela fonctionne.
Mais soit.
Tu as la chance d'avoir des amis, une nouvelle famille maintenant.
N'oublie pas cela."


La créature de la nuit mit un terme à son discours, avant de reprendre tout de suite après s'être assurée que le garçon étais toujours attentif.

"Ce qui, à vrai dire, me mène à un autre point qui m'inquiète te concernant..."

Le décors changea encore une fois, cette fois pour montrer une zone en ruines, avec seules quelques personnes tenant debout, toutes semblant blessées.
Chacune de ces personnes regardaient en direction du ciel, et tout particulièrement en direction d'une forme gigantesque.
Un dragon.
Un énorme dragon vert, flottant en l'air.
Futoshi eut presque l'impression que le dragon l'observait, impression que le poney errona sur le champ.

"Personne présent ici ne peut nous voir.
Nous ne sommes plus dans tes souvenirs, et ceci n'est pas l'un de tes potentiels rêves.
Nous sommes désormais dans mes propres souvenirs.
Celui-ci date de la fin du tournoi de combat.
Celui s'étant terminé en catastrophe.
Ce dragon se nomme Shenron, mais je pense que tu le sais déjà, puisque tu avais déjà quelques projets à son sujet, je me trompe ?"


"Ah... Ah mais oui !
C'est lui !"


Futoshi sorti le journal qu'il avait pris l'autre jour (c'est un rêve donc faut pas s'étonner qu'il fasse ce qu'il veule dedans)

"D'après ce qui est écrit ici il existerais sept boules légendaires capables d’exaucer tout les voeux !
Et ce dragon sacré aurait même réussi à rendre la vie à plusieurs personnes !
Youpi !
J'avais vu juste !
Grâce à ce fabuleux trésor, je vais pouvoir revoir ma maman !"


Dit-il en sautillant de joie.

"...Non."

"...Quoi, non ?"

Futoshi avait l'air choqué.

"Ce n'est plus en tant que personne cherchant à t'aider que je te dit ça, mais en tant que personne cherchant à te protéger.
Oui, ce dragon est à la hauteur de sa réputation, et oui, il pourrait théoriquement rendre la vie à ta mère.
Mais tu te rend certainement compte que les boules ce sont dispersées, et qu'il s'agit désormais de les retrouver dans cette ville gigantesque.
Et je ne pourrais jamais laisser un enfant de ton âge se lancer dans une quête pareille.
Je ne me le pardonnerais pas.
Penses-tu être le seul à avoir eu vent des pouvoirs de ce dragon ?
Penses-tu réellement être le seul à vouloir voir son vœu exaucé ?
Rend-toi compte des dangers auxquels tu t'exposerait, des gens malintentionnés vont s'entretuer pour retrouver ces sphères, et j'ai pu personnellement me rendre compte de la puissance effrayante dont disposent plusieurs personnes dans cette ville.
Que compte faire un enfant sans pouvoirs, ne s'étant jamais battu, et par là j'entends combat à mort, de toute sa vie, au beau milieu de tout ça ?"


"Mais je ne serais pas seul bien sûr !
J'ai mes amis qui sont là pour ça !
Hotaru m'a dit qu'elle était super forte en arts martiaux, elle m'a montré plusieurs trucs super cools qu'elle sait faire, elle est capable de me protéger des méchants j'en suis sûr !
Et en plus, si j'ai de la chance, mes amis connaissent peut-être d'autres personnes pour m'aider, et j'en croiserait peut-être au cours de ma route qui pourront me prêter main forte !
Je peux m'en sortir si on se rassemble !
J'en suis convaincu !"


Écouter les mots du garçon ne changea pas l'ombre d'un instant l'avis de la princesse.
A vrai dire, elle se retenait tout particulièrement de lui montrer ce qu'il était justement arrivé à Hotaru pendant le tournoi.
Elle lui avait déjà infligé le rappel du décès de sa mère, il n'avait clairement pas besoin de voir ce que son amie avait vécue.
Surtout en voyant que le garçon n'était vraisemblablement pas au courant, Hotaru semblait ne pas vouloir en parler, chose que le cheval comprenait totalement.
Mais ce n'étaient pas les exemples qui manquaient.
La créature équine soupira, avant que n’apparaisse le souvenir d'une créature noire aux pics hérissés, générant une gigantesque vague d'énergie sur un être humanoïde vert.
Voyant bien la réaction de l'enfant façe à une telle attaque, l'animal étrange pris la parole :
 
"Cet homme, en vert, se nomme Cell.
Voici ce qu'il s'est passé lors de son dernier combat contre mon ami, Shadow, qui aux dernières nouvelles est suposé être le guerrier le plus puissant de la ville..."


Le rayon d'énergie se dissipa, et le hérisson noir tomba, genou au sol, épuisé.
Mais l'image d'horreur s'en poursuivit;
L'être maléfique se régénéra comme si de rien n'était, maîtrisa Shadow avec grande facilité.
Ce qu'il se passe ensuite, la princesse préféra éviter de le montrer, quand bien même elle fit comprendre au garçon que Shadow était encore en vie.
Nouveau changement de décors, cette fois un champ de bataille, Shadow et cette même créature se battent contre une gigantesque armée d'hommes et de diverses autres créatures, semblant faites d'ombres.

"Les Noires Folies, une organisation d’assassins disposant de forces armées plus imposantes que celles attitrées à la ville..."

Le décors se fondit, mais aucun ne vint prendre sa place.

"Tu peux m'expliquer ce qu'Hotaru peux faire contre ce genre d'adversaires ?
Dois-je peut-être te montrer d'autres exemples ?"


"Mais... Mais... Mais...
C'est pas possible !
Elle m'a dit elle même qu'elle est super douée !
En plus je l'ai vue un peu comment elle se bat, c'est trop fort !
Elle faisait comme ça ! Yah ! Wouah !"


Futoshi voulu essayer de reproduire ce que Hotaru lui avait montré, comme sa paume d'énergie bleue, mais rien n'en sortit, et d'autres acrobaties mais il se vautra lamentablement.

"Euh quelque-chose comme ça, je ne sais pas très bien le faire, héhé !"

Dit-il en rougissant et en se frottant la tête.

"Tu ne semble vraiment pas réaliser le danger.
Hotaru est peut-être forte, mais nous sommes ici en train de parler de combattants à la puissance égalisant celles de dieux.
Pour être honnête, certains me considèrent comme une déesse dans mon monde, et pourtant je tremble devant certaines personnes qu'il m'a été donnée de croiser ici.
Et quand bien même tu chercherais des alliés, qui voudrait prendre de tels risques pour suivre la volonté d'un enfant ?
Tout ça pour finir avec un vœu unique, qui devrait revenir à l'enfant en question, qui n'est pas vraiment capable de faire quoi que ce soit dans les situations réellement dangereuses ?
Met-toi la réalité de la situation en tête, c'est beaucoup trop dangereux !
Ta maman aurais-elle véritablement voulu que tu te mette autant en danger pour elle ?"


"Mais... Mais..."

Futoshi avait du mal a trouver des arguments, mais il n'abandonnait pas sa volonté.

"Je comprends que c'est sans doute dangereux, que de nombreux risques pourraient se présenter sur ma route.
Mais j'ai devant moi une occasion unique d'accomplir mon rêve !
Je n'aurais jamais pu croire qu'un jour je reverrais ma maman !
C'est une chance inouïe que j'ai devant moi ! Je ne voudrais pas la laisser filer entre mes mains !
Ça peut paraître déraisonnable mais je serais prêt à tout pour ma maman !
Je n'aurais surement plus jamais une occasion pareille !
Vous vous rendez compte ?"


Le regard de l'alicorne ne perdit pas de sa sévérité.
Alors il allait falloir employer les grands moyens.
L'être bleu nuit soupira, avant qu'une masse d'énergie sombre ne l'écrase soudainement, la faisant lâcher un terrifiant cri de douleur.
Bientôt, la créature qui se tenait devant Futoshi n'avait plus rien d'une alicorne, encore moins d'une princesse.
Le visage rassurant avait cédé sa place à une tête gigantesque et hideuse, ne ressemblant à rien que le garçon ne connaissait.
Le décors tourna au noir, plusieurs coups de tonnerre retentirent.
Le garçon voulu reculer, avant qu'il ne se rende compte qu'il se tenait au bord d'un gouffre, de la lave en fusion visible au fond.
Sans donner garde, la créature sombre qui étais encore un animal fantastique quelques instants auparavant fondit sur le garçon en un éclair, le saisissant et le plaquant au sol comme s'il n'était qu'une simple brindille.
Puis le monstre lâcha un autre cri, résonnant dans l'âme de Futoshi comme un gong.

"NOOOOOOOOOOOOOOON PITIE !"

La bête leva un bras griffu, avant de subitement l'abattre sur le garçon terrorisé qui ne put que fermer les yeux...
...Pour réaliser qu'il n'y avait plus de bête, plus de gouffre, plus de lave, qu'il était en parfait état et que la créature féérique se tenait de nouveau devant lui, le regard toujours aussi sévère.

"...Hein ?"

"Voilà le genre de choses auquel tu veux vous exposer en permanence, tes amis et toi.
Est-tu tellement sûr de pouvoir y survivre ?
Et je parle bien de survie, car c'est déjà un exploit en soit, mais il y a toute la quête des Dragon Balls à accomplir avec ça, ce qui pourrait être encore plus difficile."


Futoshi avait le visage tout blanc, il tremblait encore et laissait couler quelques larmes, toujours sous le choc de ce qu'il avait vu.

"...Est-ce là, le prix à payer pour réaliser mon rêve ?
Je vais mourir avant de pouvoir retrouver ma mère devant moi ?
Dites moi qu'il y a une alternative, je peux revoir ma mère d'une façon plus sûre n'est-ce pas ?"


"...J'ai bien peur que la vie ne fonctionne pas comme cela."

La princesse équestre soupira encore une fois.

"Ce qui me ramène à ce que je disait tout à l'heure...
Je sais très bien que c'est difficile.
Oh, tu n'imagine même pas à quel point je le sais.
Mais essayer de ramener ta mère à la vie, ce serais comme poursuivre un mirage;
tu ne réussira qu'à te faire du mal.
La meilleure chose que tu puisse encore faire, c'est d'accepter.
Accepter qu'elle ne soit plus là et qu'elle ne reviendra pas, accepter que la vie continue sans elle.
Jusqu'à présent...
Tu t'es plutôt bien débrouillé, non ?
Hotaru et Yoshi te servent de nouvelle famille, et rien ne t'empêche d'avoir encore plus d'amis.
Si ta maman t'aimais réellement, et je n'ai aucun doute là dessus, alors rien ne pourrait la rendre plus heureuse que de voir que tu es capable de te remettre de sa disparition, et que même sans elle, tu n'es pas seul.
Dans tout les cas, de son vivant, elle ne t'aurais jamais autorisé de risquer ta vie d'une telle manière, et même dans la mort, si elle nous voit, elle t'en voudrait d'essayer de la sauver en sachant pertinemment que tu peux en mourir.
Le rêve d'une mère est que son enfant puisse profiter de sa vie, avec ou sans elle."


Futoshi réalisa ce que lui disait l'être à quatre pattes, au fond de lui, il savait qu'elle avait raison, mais son émotion voulait refuser d'y croire, le faisant pleurer à nouveau.

"NOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOON NON NON NON NON NON !
JE VEUX PAS ! JE VEUX PAS !
JE VEUX PAS ABANDONNER MA MAMAN COMME ÇA !
C'EST MA MAMAN ! ELLE A TELLEMENT FAIT POUR MOI !
ELLE M'A ÉLEVÉ !
ELLE M'A RENDU HEUREUX !
ELLE M'A AIMÉ ! ET JE L'AIME !
ÇA ME FERAIT TROP MAL AU CŒUR QU'ON SE SÉPARE COMME ÇA !
OUIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIN !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!"


Futoshi pleurait à flot en pensant à sa mère qu'il ne voulait pas quitter pour toujours.

"...Excuse-moi.
Je sais parfaitement que je ne peux pas demander à un enfant aussi jeune de faire le deuil de sa mère comme ça.
Mais j'essaie de t'aider, tu comprend ?
Tu n'es pas la première personne que je vois qui se retrouve dans l'état où tu es actuellement suite à la perte d'un proche.
Des orphelins, des veufs et des veuves, des amitiés brutalement brisées...
J'en ai vu tellement que j'ai arrêté de les compter.
Et pour être moi-même passée plusieurs fois par ce genre de douleurs, tout ce que je peux te conseiller de faire est de prendre le temps de laisser la vie continuer.
Se morfondre continuellement sur ce que l'on a perdu...
C'est la meilleure manière de ne pas remarquer ce que l'on gagne à côté.
Je suis sincère, si tu ne finis pas par accepter de tourner la page, si tu t'obstine à tenter de ramener ta mère...
...La folie et le trépas sont les seules choses qui t'attendent."


"Mais... Mais...
J'avais... J'avais pleins de choses à lui dire, pleins de choses que je voulais faire avec elle, pleins de choses qu'on avait pas encore vécu à l'époque et de moment que j'aurais pu passer avec elle...
Faut-il que j'abandonne tout ça pour pouvoir bien vivre ?
Dois-je vraiment renoncer à tout ce qui m'a plut et m'aurait plus avec elle ?
Est-ce là la solution pour être heureux ?"


"Oui et non.
Il y a énormément d'opportunités qui se ferment, c'est vrai.
Mais cela ne veut pas dire que tu ne peux pas partager toutes ces choses avec d'autres personnes.
Il n'est pas question de remplacer ta maman, mais je peux t'assurer que la vie implique l'échange avec de nombreuses personnes, de nombreux proches, de nombreux étrangers.
Et toutes les mères ne demandent qu'à voir leur enfant réaliser cela.
Tu peux également voir ça d'un autre point de vue;
il y a tellement de choses que tu ne pouvais pas forcément faire avec ta mère.
Peut-être que tu peux faire ces choses-là avec tes nouveaux amis."


"Je vois, alors c'est cela, vivre...
J'ai encore beaucoup de moments à vivre dans ma vie, avec mes amis, après tout je ne suis qu'un enfant, j'ai de nombreuses années devant moi.
Mais devoir me séparer à tout jamais de ma tendre mère, que j'aimais énormément, ça me fait mal, c'est me mettre un gigantesque coup de couteau dans le cœur, vous comprenez."


"Le coup de couteau à déjà été infligé il y a bien longtemps, c'est ce que tu ne semble pas comprendre.
Le véritable problème, c'est que tu ne l'a pas encore accepté.
Ta maman ne reviendra pas, quoi que l'on fasse.
Je n'en ai pas les pouvoirs, tu n'en a pas la capacité, personne que je connaisse serait capable ou accepterait de tenter de la ramener.
De toutes manières, il n'est pas question de t'infliger quoi que ce soit, car la douleur, tu es déjà en train de la vivre en cet instant-même, et ce depuis des années, que tu t'en rende compte ou non.
Il est question de faire le premier pas vers le seul moyen de te soulager.
Tu ne le remarquera probablement pas de suite, et ce n'est pas grave, mais c'est comme ça que tu trouvera la paix."


"Vous avez sans doute raison.
Mais de l'autre côté, je ressentirais toujours ce vide dans mon cœur...
Ce vide, et ces regrets, surtout en pensant à la façon dont nous avons été séparés pour toujours.
Surtout que... Surtout que... Je... Je ne lui ai même pas dit au revoir !"


Dit-il en pleurant à nouveau.

L'alicorne observa calmement l'enfant, avant de reprendre la parole.

"Ce ne serais probablement pas aussi satisfaisant que de pouvoir le faire avec la vraie, mais...
...Que dirais-tu de lui dire tout ce que tu as sur le cœur maintenant ?"


"Vous ne pourrez pas la faire revivre mais...
Pourriez-vous me permettre de la voir une dernière fois ?"


Une autre personne apparu alors, s’approchant de Futoshi.
La créature magique se mit immédiatement en retrait, souriant à la vue de la femme humaine qu'elle venait de faire apparaître.



"Ma... Maman ?"

"Futoshi !"



Futoshi se jeta dans les bras de sa mère en pleurant de joie.

"Maman !
Tu m'as tellement manqué !"


"Dieu soit loué tu n'as rien, mon petit trésor !"

"Tu sais maman, j'aurais tellement de choses à te dire, j'ai vécu pleins de trucs super depuis ces derniers jours..."

"Rien ne me rend plus heureuse que de te savoir heureux et en bonne santé."

"Devines quoi ?
J'ai trouvé une nouvelle ville où vivre !
C'est super !
Y'a pleins de trucs géniaux là bas, j'ai même de nouveaux amis !
Et parmi eux, y'a une fille super belle !
Elle te ressemble un peu je trouve, elle est douce, elle est gentille, elle est mignonne, en plus elle est super forte !
Et alors... Elle est tellement magnifique...
Maman, je crois que... Je crois que je suis tombé amoureux, sérieusement."


Pendant ce temps on pouvait apercevoir un Yoshi en mode Forever Alone qui passait dans le coin derrière.

"C'est... C'est magnifique !
Je suis vraiment contente pour toi !
J'aurais... J'aurais tellement voulu la rencontrer tu sais, elle doit surement être une personne très aimable, j'aurais aimé connaitre la personne qui amène de la lumière à la vie de mon fils.
Mais tu le sais... Je ne suis plus là maintenant...
Aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah !"


Maintenant c'était sa mère qui pleurait. Voir ça faisait pleurer Futoshi à son tour.

"Maman ! Maman !
Pourquoi tu pleures ?
Je n'aime pas te savoir triste !
Tu veux que je sois heureux, mais ce qui me rend heureux, c'est que tu sois heureuse toi aussi !
Souris !
Je veux ton bonheur, je t'aime !"


La mère de Futoshi sécha un peu ses larmes.
Futoshi en fit alors de même.

"Tu as raison, ça n'apportera rien de se morfondre.
L'essentiel, c'est que tu vives ta vie.
Tu es arrivé à très bien te porter, tu as un endroit où vivre, des vrais amis, je sais que tu vis pleinement, et c'est tout ce qui compte pour moi."


"Dis maman, tu veux qu'on refasse tout ce qu'on faisait de bien comme à l'époque ?"

"Avec plaisir, mon petit chéri adoré !"

La mère de Futoshi leva son enfant vers le haut avec ses bras et le fit tourner comme un avion.

"Ouiiiiiiiiii hihihi haha !"

Elle le chatouilla un peu partout sur le corps, sous les bras, puis sur les genoux, puis sur le visage.

"Hihihi haha hohohoho hihi !"

Elle le repris entre ses mains puis le lança en l'air pour le rattraper ensuite, puis le relança plusieurs fois.

"Yoooooooouh ! Hihihi ! Yoooooooooooouh ! Hahaha !"

Elle le reposa ensuite à terre.

"Dis-moi Futoshi, tu aimes les filles n'est-ce pas ?"

"Quelle question, bien sûr que oui !
Quel garçon n'aime pas les filles ?
C'est ce que j'aime le plus au monde avec les bons plats et m'amuser !"


"Et tu aimes bien les filles dans toute sortes de vêtements différents ?"

"O... oui !"

"Et bien ne bouges pas de là !"

La mère de Futoshi claqua des doigts et tout les deux se retrouvèrent à un autre endroit, qui ressemblait à un grand magasin dans lequel il y avait une cabine d'essayage.



"Ouah ! Comment tu fais ça ?"

"Nous sommes dans ton rêve, nous pouvons faire tout ce qui est possible à ton imagination !
Et c'est justement pour ça que je vais te faire le plus plaisir que tu pourrais le vouloir !
Attends-moi là."


Elle rentra dans la cabine et en ressortit avec une tenue de maid.


(Note : Les vêtements ne font pas changer de visage, ces images ne présentent que les habits, ne soyez donc pas surpris de voir une apparence changer surtout chez un OC, considérez que le personnage reste le même tout au long du récit, merci de votre compréhension)

"Ouaaaaaaaaaaaah !"

Elle rentra à nouveau et ressortit cette fois avec des vêtements de sorcière.



"Ouaaaaaaaaaaaah !"

Puis une tenue de sport.



"Ouaaaaaaaaaaaah !"

Puis des vêtements d'infirmière.



"Ouaaaaaaaaaaaah !"

Puis une robe de princesse.



"Ouaaaaaaaaaaaah !"

Puis un yukata.



"Ouaaaaaaaaaaaah !"

Puis une tenue de schoolgirl.



"OUAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH !"

"Aaaaah ce que ça me rajeunit de porter ça !
Ça me rappelle mon enfance !"


Elle se plaça au dessus d'une bouche d'air placée sur le sol.
Le courant d'air fit voler sa jupe qu'elle se tenait avec ses deux mains en serrant les jambes et en souriant.

"Regarde Futoshi ! Je suis M*****n M****e !"
/ ! \ Nom censuré pour cause de non possession des droits d'utilisation / ! \

"Hihihi ! T'es trop bien Maman !"

Pendant un instant le courant d'air souleva très haut sa jupe et Futoshi put voir sa culotte.

"Oh !"

"OUAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH !"


Futoshi était tout rougissant. Sa mère lui fit un sourire amusé.

"J'ai encore une autre tenue, celle là tu vas l'adorer !
Attends moi là !"


Elle rentra dans la cabine.
En ressortant, elle était en bikini.



"Alors Futoshi, t'en penses quoi ?"

"Ah... ah !

OUAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH !!!!!"


Sa mère lui fit un clin d'oeil gentil.
Futoshi était émerveillé de voir ça.
Il se jeta sur sa mère et l'agrippa avec ses bras.
Puis il frotta joyeusement sa tête sur son ventre.

"Hihi, je savais que tu aimerais."

Sa mère posa Futoshi à terre.

"Et tant qu'on y est, pourquoi ne pas en profiter..."

Elle claqua à nouveau des doigts pour changer d'endroit.
Cette fois ils se retrouvèrent dans une piscine.



"Ouaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah !
Un de mes endroits préférés !"


"Une mère connait TOUJOURS son fils !"



Futoshi regardait un peu partout, il y avait du soleil, un ciel bleu, des arbres verts, une eau chatoyante, et pleins de filles en maillots !
Futoshi observait chacune d'entre elles pendant qu'elles se reposait, les yeux remplis de bonheur.

"OUAAAAAAAAAH !
Elles sont magnifiques !"


Une autre fille passa devant Futoshi, Celui-ci l'observait avec plaisir, pendant qu'elle le regardait l'air curieuse, se demandait ce qu'il avait.
Futoshi approcha son doigt de la fille et lui toucha le nombril.

"Kyaaaaaaah !"

La fille cria en rougissant de gène et partit en courant.

"Bah ? Les filles aiment pas quand on leur fait ça ?"

"Haha, c'est normal, ce genre de stimulation surprise provoque toujours des sensations étranges pour une personne qui n'est pas habituée."

Futoshi approcha timidement son doigt du ventre de sa mère et lui toucha doucement son nombril à elle aussi.

"Hihihi !"

"Oh ! Petit coquin va !"

Puis après, il alla un peu plus fort et lui fit des chatouilles, ce qui évidemment la fit instinctivement rire.

"Oh ! Hihihihi hahahahaha !
Mais qu'est-ce que tu fais Futoshi ?"


Une autre femme approcha et voyait ce que faisaient Futoshi et sa mère avec mépris.

"Tsss, regardez moi cette bande de zouaves !
Les gosses sont tellement mal élevés de nos jours !
En plus vous ne lui donnez même pas le bon exemple en étant habillée comme ça !
On n'a pas idée de montrer son ventre à tout le monde franchement !"


"Attends-moi là Futoshi."

Maman s'approcha de la potiche, lui attrapa la tête avec ses mains puis lui mit un gros coup de genou devant le ventre avant d'enchainer avec un coup de pied sur le côté de la tête qui la fit tomber juste dans l'eau.

"Espèce de brute !
C'est scandaleux !"


"Seule moi décide de comment je m'occupe de mon fils !
Tachez de retenir ça et de vous mêler de vos affaires espèce de bêcheuse !"


"C'est super !
T'es trop forte maman !"


"Allez Futoshi !
Viens t'amuser !"


Sa mère plongea à l'eau !
Futoshi la suivi en sautant.
A l'intérieur de l'eau, tout les deux jouaient joyeusement en s'envoyant de l'eau au visage et en plongeant dans l'eau.
Au bout d'un moment, ils revinrent dans l'état normal des songes de Futoshi, les deux étant de nouveau habillés normalement; assis et un peu essoufflés.

"Haha ! On s'est bien amusé comme autrefois !
Ça m'a rappelé de bons souvenirs !"


"Dis maman, tu sais quoi ?
J'aimerais ne plus jamais me réveiller et rester auprès de toi pour toujours !"


"...Futoshi, j'ai quelque-chose à te dire.
Rester coincé éternellement dans ton rêve ainsi ne t'apportera rien, ça n'est pas une solution pour toi.
Tu as encore énormément de choses à vivre pour ne pas avoir à resté reclus pour toujours dans ton sommeil."


"Mais j'aime ce monde !
J'aime ce rêve !
Et je t'aime maman !
Rien ne me fait plus plaisir que de te savoir à mes côtés !"


"Je sais bien, mais penses à ce qui t'attends dans le vrai monde, ta nouvelle vie, la ville où tu vis désormais, tes nouveaux amis, et cette jeune fille que tu aimes tant.
Tu n'as pas à sacrifier tout ça juste pour moi, ce qui compte pour moi, c'est que tu sois heureux, et crois-moi que te savoir bien entouré et en bonne santé dans ta vie actuelle m'apaise entièrement."


"Mais maman...
Tu as sans doute raison, j'ai une vie qui m'attends, mais je ne veux pas qu'on se sépare à nouveau..."


"Ne t"inquiètes pas, tu finiras par tourner la page, c'est le plus important pour bien vivre."

Tout les deux se levèrent.

"Bon, avant qu'on se quitte, j'ai quelque-chose à te montrer, tu viens ?"

Les alentours changèrent à nouveau, laissant place à plusieurs sphères dans lesquelles on pouvait voir divers endroits.



"Mais c'est..."

"Ce sont tout tes souvenirs, je m'étais dit que ce serait bien de se les remémorer une dernière fois."

"Il y en a quand même vraiment beaucoup !"

La mère de Futoshi entra dans une de ses sphères, celle-ci menait vers un jardin, où il pleuvait très fort.
Futoshi, en imperméable, étant en train de pleurer, sa mère lui caressant la tête pour le réconforter, et un escargot écrasé juste devant le pied de Futoshi.

"OUIIIIIIIIIIIIIIN !
L'ESCARGOT, IL EST MOOOOOOOORT !
PAR MA FAUUUUUUTE ! JE L'AI TUÉÉÉÉÉÉÉ !
OUIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIN !"


"Allons allons mon petit Futoshi, là, ça va aller.
C'est triste, mais tu n'y pouvais rien.
La nature est souvent faite comme ça.
Tu as marché tout naturellement, mais il arrive des accidents, c'est inévitable.
Allez, allons l'enterrer ensembles, il aura bien mené jusqu'au bout sa vie d'escargot, ce pauvre petit être."


"C'est le jour où j'avais malencontreusement écrasé un escargot en marchant !
Tu étais tellement gentille, je n'aurais pas pu avoir plus de chance que d'avoir une mère comme toi."


Ils changèrent de souvenir, cette fois ils étaient dans leur maison, Futoshi à nouveau en train de pleurer, avec des débris de vase en porcelaine devant lui.

"Ouiiiiiiiiin ! Je suis désolé maman !"

"Allons ne pleure pas !
Je sais très bien que tu ne l'as pas fait exprès, c'est des choses qui arrivent !
Le plus important, c'est que toi tu n'as rien !"


Sa mère ramassait les débris pour ne pas faire plus de dégâts.

"Et ça c'est le jour où j'avais cassé ton vase !
Pardonne-moi maman, tu devais y tenir."


"Tu plaisante ?
Je l'avais acheté il y a même pas trois mois avant ça dans une brocante pour trois fois rien !
Ce truc avait tellement fini par plus m'intéresser que limite il me servait plus que de presse-papier !"


"Ah ? Ah bon ?
Je savais pas ça tient."


Ils changèrent à nouveau de souvenir.
Ils étaient dans un parc, sur un sol en pierre.
Futoshi était assis par terre, toujours en pleurant, pendant que son genou saignait.

"Ouiiiiiiiiiiin !"

Sa mère lui mit un pansement au genou puis lui fit un bisou dessus.

"Ça va vite passer, ne t'en fais pas."

"Ça c'est le jour où je suis tombé en courant !
J'avais vraiment la chance de t'avoir maman, mais vraiment."


Ils changèrent encore une fois de souvenir, cette fois c'était dans leur jardin, sa mère étendait un matelas mouillé sur la corde à linge pendant que Futoshi était là tout gêné.

"Je te jure je l'ai pas fait exprès..."

"Alala, à ton âge tu fais encore pipi au lit, un jour il faudra bien que tu apprennes à te débarrasser de cette habitude !"

"Tu... Tu es pas fâchée ?"

"Haha ! Comme si ça en valait la peine !
J'ai mieux à faire que de dépenser mon énergie pour une telle futilité !
Tout ça c'est des choses qui arrivent et on y peut rien !"


Futoshi rougissait de honte.

"Hé mais pourquoi tu as ressorti un jour comme ça ?"

"Hihi ! Tu n'as pas à avoir honte tu sais !"

"Ce que j'aimais tellement avec toi, c'est que tu t"énervais jamais, quoique je fasse tu gardais toujours le sourire."

"Ah, tu en es vraiment sûr ?
Bon, allons voir ça alors."


Ils changèrent une fois de plus de souvenir, cette fois dans la chambre de Futoshi, où il était sur son lit en train de lire un manga, l'air joyeux.

"Lalalalala !"

"Futoshi ?"

"Oui maman ?"

"Qu'est-ce que c'est que ça ?"

Sa mère arriva avec dans les mains une revue un peu coquine avec des filles peu habillées.
Futoshi était totalement choqué.

"AAAAAAAAAAAH !
C'est... C'est... Je peux tout expliquer !
Ce... En fait c'est... C'est pas pour moi, c'est pour un ami !"


Sa mère le regarda avec un visage très effrayant.

"Futoshi... Je n'aime pas le mensonge !"

Futoshi était encore plus terrifié.

"AAAAAAAAAAAAAAAAH D'ACCORD DÉSOLÉ !"

Sa mère s'assit sur son lit juste à côté de lui.

"Je suis désolé, je sais que j'aurais pas du, mais j'ai pas pu m'en empêcher, voilà."

"Voyons Futoshi.
Je sais qu'il y a beaucoup de choses que tu aimes, mais tu es encore un peu jeune pour certaines.
Tu comprendras vite de quoi je parle quand tu grandiras !"


"M'en fiche. Tu peux faire ce que tu veux de ça si ça te chante."

Sa mère plaça l'ouvrage au fond d'un tiroir.

"Je ne vais tout de même pas priver mon enfant de quelque-chose qui lui plait, mais tu attendras que le moment sera venu !"

"Ah... Ah bon ?"

"Hihi ! Mais oui !
En attendant, fais de ton mieux pour grandir !"


Futoshi était encore plus couvert de honte.

"Mais ! Mais !
Arrête de ressortir les moments les plus gênants !"


"Hihi, mais tu sais, ces moments sont peut-être durs à se remémorer, mais en y réfléchissant, ils t'ont permis d'avancer, ça aussi tu le comprendras plus tard !"

"Euh... Ah, c'est possible alors."

Ils revinrent dans le décor normal.

"Bon , on a fini ?"

Sa mère était entourée d'une lumière étrange.

"Ma... Maman ?"

"Bien, j'ai fini tout ce que j'avais à faire, il est temps pour moi d'y aller."

"A... Attends ! Non ! Maman !
Ne pars pas ! Je t'en supplie !
J'ai encore pleins de choses à te dire !"


"Ça m'aurait fait plaisir de rester plus longtemps Futoshi, mais tu as beaucoup de choses à accomplir, et je ne pourrais plus veiller sur toi à présent, c'est pourquoi tu devras apprendre à te débrouiller seul désormais."

Futoshi se remit à pleurer.

"Maman... Je... Je ne veux pas te perdre à nouveau !"

Sa mère posa sa main sur sa tête.

"Désolé Futoshi. Je sais que c'est dur, mais tu en as besoin pour avancer dans ta vie, crois-moi."

"Je... Enfin..."

Elle le prit dans ses mains.

"Allez ne pleure plus.
Et maintenant, on pourra enfin se dire un vrai au revoir."


"Au revoir maman.
Tu vas vraiment me manquer."


"Au revoir Futoshi. Portes toi bien."

"Dis maman, tu reviendras me voir dans mes rêves ?"

"On verra, mon trésor.
On verra."


Après quoi, elle disparut derrière la lumière, laissant Futoshi tout seul.
Celui-ci leva les yeux vers le ciel en pleurant.

"Bon eh bien, il est temps de... Hein ?"

Futoshi voulu chercher l'être qui était venu dans son rêve mais remarqua juste à l'instant qu'elle n'était plus là.

"Mince ! Elle est déjà repartie ?
Attends, mais comment..."


Tout redevint noir autour de lui, puis une lumière s'approcha de lui, plus près, de plus en plus près, jusqu'à arriver tout près de son visage.

"Oh, ouaaaaaaah !"

Après quoi il se réveilla, dans son lit.

"Ah !"

Il prit conscience de l'endroit où il était, du rêve qu'il avait fait et de tout ce qu'il avait appris.
Il se questionnait à propos de cet animal étrange qui était venu le voir.

"Je me demande ce que c'était que cette sorte de cheval étrange, ce qu'elle faisait dans mon rêve, la reverrais-je à nouveau ?"

Mais après s'être posée cette question, il se rappela surtout de ce qu'il venait de vivre avec sa mère, qui n'était techniquement pas réel, mais même si c'était un rêve, ça lui a fait plaisir.
Il esquissa un grand sourire.
Puis il se leva en pleine forme.

"Encore une super journée qui m'attend !"


____________________

Latias EDIT : image trop grande redimensionnée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

[PV Luna] Un tendre rêve

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Multiverse City :: Partie RP :: La ville-