Multiverse City

La ville de tous les défis
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Pervertis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Massko
Héros du futur
Héros du futur
avatar

Masculin Messages : 60

Feuille de personnage
Koppais: 1900
Équipe:
Objets:

MessageSujet: Pervertis Lun 19 Sep - 15:02



"Je...
...Je vais brûler.
Tout brûler...
Brûler la moindre parcelle de vie sur ce monde."




Nous les détruirons...

...Ils n'aurons plus d’échappatoire...

Nous les enterrerons...

...Il n'aurons plus le moindre espoir...


Nous les entendons...
Les cris de terreurs, leur désespoir...


...Ils n'ont plus la moindre chance de survie...
...pourquoi lui..?


Un courageux se dresse devant nous.


...Nous le brûleront...
...Nous le briseront...






...Nous devons le vaincre, entendez mon appel...





...Des marionnettes, inutiles.
Nous l'écraserons...




Cette force...
Nous ne pouvons...

Nous perdons...

Nous disparaissons.



Il y eut la douleur.
Puis le vide.
Les centaines de cris de rage devenaient sourds, jusqu'à ce que plus rien ne puisse être entendu.
Puis un être se présenta à eux.
Il lui promit de lui rendre sa puissance.
De leur laisser une chance d'anéantir un autre monde.

Nous les dévorerons...


______________________________________________



"Écoute, puisque je te dit que je ne peux pas rentrer maintenant, je dois faire tourner le marché !"

La jeune femme, assise derrière un stand de ventes de produits alimentaires, se forçait à garder son calme, malgré la discussion assez brutale qu'elle semblait avoir au téléphone.

'Écoute-moi bien connasse, j'en ai ras le cul de tes excuses de merde !
Tout ce que je veux, c'est  un foutu dîner qui ne sorte pas du micro-onde !
Alors tu vas ramener tes fesses à la maison et tu vas te mettre à la cuisine !
Ton stand au marché ne nous rapporte rien, tu ne sers à rien d'autre qu'à gérer la maison, de toutes façons !"


"Oui, chéri."

La femme raccrocha alors, avant de soupirer et de porter le regard vers la vieille femme qui tenait le stand voisin.

"Gerda, je vais rentrer chez moi, je ne pourrais pas vous accompagner ce soir.
J'espère que cela ne vous dérange pas."


La vieille femme se contenta de sourire, comme si elle cherchait à dire qu'elle était compréhensive.
La plus jeune des deux commença alors à ranger les bacs de produits de son stand, les parquant un par un dans sa voiture.
Puis après avoir fermé le coffre, elle se posa contre un mur, puis sorti un paquet de cigarettes de sa poche.
Un objet relativement grand tomba sur sa tête avant qu'elle n'ait eu le temps de sortir son briquet.
Lâchant un juron sous la douleur soudaine, la femme jeta un coup d’œil à l'objet qui s'était écrasé contre elle et qui venait de tomber au sol.
Sans qu'elle ne sache réellement ce que c'était, elle pouvait deviner qu'il s'agissait de quelque chose de peu épais, et visiblement fait de bois.
Elle dû le ramasser et l'observer quelques instant pour comprendre de quoi il s'agissait :
Un masque.
Un masque hideux, en forme de cœur, coloré de plusieurs couleurs assez sombres, bien que le violet était dominant, et arborant deux grands yeux monstrueux.
Des bords du masque se dressaient parfois de grandes pointes, sans doute assez pointues pour que quelqu'un se blesse avec.

Répugnée par la vue de l'objet, la femme regarda vers le haut, pour savoir d'où il pouvait bien provenir.
Mais il n'y avait pas la moindre fenêtre ou terrasse au dessus d'elle, ni d'être volant ayant pu le faire tomber.
Elle se tourna alors vers la vielle femme.

"Gerda ?
Est-ce que ceci vous appartient ?"


L’intéressée n'ouvrit toujours pas la parole.
Elle se contenta d'indiquer d'un geste de la tête que ce masque n'était pas à elle.

La jeune femme ne voulut pas en savoir davantage.
Pas de propriétaire, le futur de ce masque ne dépendait que d'elle.
Et elle savait parfaitement où elle se devait de mettre un objet aussi laid.
Elle se dirigea vers les poubelles situées à proximité, puis ouvrit l'une d'entre-elles.
Mais au moment d'y lâcher le masque...
Sa main ne répondit plus.



Elle se sentit comme...
...aspirée par ce masque.

Les voix, elle les entendait...

"Aide nous...
Aide moi...


Finalement, ce fut le couvercle de la poubelle qu'elle lâcha.
Sans savoir pourquoi elle faisait ça, elle mit le masque dans son sac, avant de retourner dans sa voiture et de partir, sous l’œil inquiet de Gerda.


____________________________


"Mathieu, je suis rentré."

"Ah bah il était temps !
T'était où, putain ?"


"Je te l'ai dit...
Au boulot..."


La femme repoussa son mari d'un geste, avant de foncer droit vers la salle de bain.

Tu le fuis...
...Il te maltraite...


"Qu'est-ce que...
Tu crois aller où, là ?"


Tu le hais...
...Il t’exaspère...


"HEY, JE TE PARLE !"

Mais elle n'écouta pas.
Elle ferma la porte de salle de bain à clé derrière elle.

"Cléa !
Tu ne me manque pas de respect dans MA maison !
Si tu n'ouvre pas tout de suite, je te bute, tu m'entends ?
JE TE BUTE !"


Cléa s'appuya contre le lavabo, ne sachant plus quoi faire.
Son mari continuait de hurler, menaçant de forcer la porte.

...Tu vas le laisser nous parler comme ça ?

La porte vola en miette, et le corps de la jeune femme se jeta sauvagement sur le corps de son époux.
Son visage était masqué par le masque qu'elle avait ramassé quelques-temps auparavant.
Elle projeta son mari contre un mur, puis fit un geste de la main, avant que l'homme ne soit complètement immobilisé, ne pouvant rien faire d'autre qu'observer avec terreur ce qu'était devenue sa femme.

"Je veux que tu le sache, Mathieu...
Tout ce que je vais te faire...
Toute la douleur que je vais t'infliger...
Ce n'est pas le masque qui m'y pousse."


La femme s'entoura alors d'une inquiétante aura noire, mais se risqua tout de même à retirer le masque.
L'aura ne s'estompa pas le moins du monde, mais son visage avait été déformé, et elle observait désormais Mathieu avec des yeux vides et grands ouverts.

"...Je vais te tuer car j'en ai envie.
Nous sommes mariés depuis trop longtemps, et je ne partirait pas d'ici tant que je t'aurais rendu au double tout ce que tu m'a fait subir."



SSSSOMMM...
...MMMJORRRA...




____________________________


"Nous avons d'abord cru que les actes de violences ayant eu lieu sur la place du marché étaient le fruit de bandits qui... KZZKRTTTT"

"Ah merde !
Saleté de radio !"


Le jeune ouvrier, resté au travail pendant que les autres prenaient leur pause, frappa sa radio avant de régler le canal.
Presque en équilibre sur son petit échafaudage, il était désormais le seul à ne pas être en train de prendre son déjeuner, aussi le bruit de sa radio résonnait dans toute la rue autrement silencieuse.

"KZZZzzzzzzz  Il se pourrait néanmoins que certains vendeurs du marché ne soient pas exempts de pêchés, comme le prouve l'une des vendeuses, Cléa Jenner.
Hier matin, le corps du mari de Mme Jenner à été retrouvé, brutalement assassiné à leur domicile.
Mme Jenner est toujours en fuite à l'heure actuelle."


L'ouvrier avait à peine fait attention à la femme qui passait sur le trottoir derrière-lui, jusqu'à-ce qu'elle s'écroule au sol.

"Que...
Madame ?"


"Qu'est-ce que nous faisons ici..?
Je te sens...
Tu me vide de mes forces..."


Nous les effacerons...
Nous les ferons se taire...


"Madame ?
Madame, vous allez bien ?"


"J'entends...
J'entends leurs voix..."


"...Madame ?"

"MMMJORrrraa...
SOMMMMM...
...MJORRRRRrrrrrrr..."


Puis la jeune veuve vomit une substance noire, ressemblant à de l'encre, qui se mouvait de telle sorte qu'elle en donnait l'impression d'être vivante.

"Je...
...Je vais chercher les secours !
Ne bougez p-"


Il n'eut pas le temps de terminer sa phrase.
La matière noire l'avait recouvert, et s'infiltrait dans son corps de manière trop douloureuse et brutale pour qu'il n'arrive à laisser échapper le moindre son.
Puis le masque sorti du sac de Cléa, lévitant au dessus du sol, et se plaçant de sorte à être face au visage de sa nouvelle victime.
L'ouvrier plongea avec terreur son regard dans les yeux du masque, tandis que les voix agressives de ce dernier résonnaient dans son esprit.

"Tu vas nous rejoindre...
...Tu vas souffrir avec nous...


Le masque se retourna ensuite, puis se fixa de lui-même au visage de l'homme adulte, tandis que la substance noire avait totalement pénétrée dans son corps.

Cléa, avec le peu de forces qui lui restait, observa ce que l'homme était devenu, le monstre qu'elle était elle-même encore quelques instants auparavant.

"Alors...
Ça y est ?
Tu en a fini avec moi ?
Je suis libre ?"


"Affaiblis.
Incomplets.
Nous aurons besoin d'autres corps.
Mais...
...Ouiiiiiiiii.
Tu a bien servi."


L'homme, dont toute forme d'expression était cachée derrière son masque, leva la main, avant que de l'énergie sombre ne sorte du sol, tout autour de la jeune femme.
De cette énergie se formèrent des mains, qui se mirent immédiatement à griffer la peau de Cléa, la déchiquetant un peu plus à chaque instant.

"Tu es libre."


____________________________



"Salut Pandarbare."

"Tu devrais pas m'appeler comme ça, on vas bientôt ouvrir."

"Comme vous voulez, patron."

"Je préfère.
Salut sinon."


L'Hélédelle se mit alors à ranger quelques affaires, avant de remettre en ordre le panneau d'annonces.
Il finit irrémédiablement par remarquer la présence d'une nouvelle décoration accrochée à l'un des murs;
un masque, évoquant la forme d'un cœur, mais doté d'épines et de yeux perturbants.
Troublé par cette vue, le pokémon volatile se tourna vers son employeur.

"Patron ?
C'est quoi ce masque ?"


Le pokémon interpellé, ressemblant à une sorte de panda au regard patibulaire, regarda dans la direction indiquée par Hélédelle, pour y voir le masque en question.

"Ah, ça ?
Une vieillerie que l'on m'a donné."


"On vous l'a donné ?"

"ouais, bizarre hein ?
Je me promenais tranquillement du côté du quartier déjanté, quand un humain est venu me voir et me l'a tendu.
J'ai pas totalement compris ce qu'il me disait, mais il semblait paniqué, et on aurais presque dit qu'il me suppliait de le prendre."


"...Et non seulement vous l'avez pris, mais en plus vous l'exposez comme ça ?"

"Ouais, je trouve que le bar a besoin d'un coup de neuf, une chance que l'on me fille de la déco gratos hein ?"

Hélédelle pencha la tête, n'arrivant pas à saisir la logique de son patron.

"Non mais je veux dire, il fait peur votre masque, vous voulez vraiment prendre le risque de l'exposer aux clients comme ça ?
Puis en plus on raconte qu'une série de meurtres à été perpétuée par des gens portant des masques de ce genre, personnellement ça ne me rassure pas !"


Pandarbarre se mis à rire, donnant une légère tape dans le dos du pokémon oiseau.

"Mais non voyons, tu regarde beaucoup trop de films !"

"Je suis un pokémon sauvage.
Je n'ai jamais vu de film."


"Tu es tout de même beaucoup trop crédule !
Peut-être que cet homme voulait se débarrasser de cette vieillerie, c'est tout.
Puis je ne le trouve pas si effrayant que ça ce masque, il donne un aspect rustique qui me plaît bien.


"Si vous le dîtes, après tout c'est vous qui décidez..."

Pendant ce temps, un autre pokémon se promenait dans le marché, situé à peine plus loin.
Zoroark était perdu dans ses pensées.
Cela faisait une semaine qu'il était arrivé dans cette ville, sans savoir comment ni pourquoi il était là.
Il s'était juste réveillé un matin, dans une ruelle, sans avoir jamais pu retrouver son dresseur.

"Tss, si ça tombe cet enfoiré m'a abandonné ici.
Il ne m'a jamais montré de véritables signes d'affection de toutes façons."


Les grognements du pokémon noir furent interrompus par son estomac, criant famine.
Quelle aubaine alors, qu'il se trouve sur une place de marché !
Zoroark n'avais pas d'argent, mais il n'en avait pas besoin.
Il savait exactement comment s'y prendre.
Le stand d'une vieille dame attira son attention.
Dessus ne s'y trouvait que de vieilles babioles indignes d'intérêt, mais juste à côté, un homme semblait installer un nouveau stand, et ce qu'il plaçait sur les étalages intéressèrent beaucoup plus le pokémon ;
Des fruits.

Zoroark s'approcha lentement, sans attirer l'attention de l'homme.
La vieille dame sembla l'avoir remarqué à un moment, mais elle n'y porta visiblement pas plus d'attention.
Une fois au niveau du stand, le pokémon tenta de prendre délicatement une pomme, et réussi à en saisir une, mais au moment de la tirer vers lui...

"Oh non mon bonhomme, si tu crois que j'ai pas remarqué que t'allait tenter de me chiper, tu te trompe !"

Une main tomba sur celle de Zoroark, la saisissant et l'empêchant de bouger.
Le propriétaire du stand avait repéré le pokémon et l'observait avec un regard mécontent.
Il se servit de son autre main pour récupérer la pomme.

"Alors là !
Une place se libère au marché, je la prend, et dès le premier jour, j'ai même pas fini de m'installer qu'on essaye déjà de me voler !
Si tu crois que je vais te laisser t'en tirer comme ça, mon garçon...
...Ou du moins, quoi que tu sois..."


Pris la main dans le sac, Zoroark ne paniqua pas le moins du monde pour autant.
Il allait simplement devoir "tricher" un peu.
Ses pupilles s'illuminèrent d'un coup, étonnant le vendeur.
Soudainement, l'être humain sentit une certaine sensation d'irritation dans la main par laquelle il avait récupéré la pomme.
Il ouvrit la main en question, pour y voir...
...Une mygale.
Une monstrueuse araignée velue, grosse comme la main de l'homme, et évoquant légèrement un Migalos, une autre espèce de pokémon.
Pris de panique, l'homme poussa un cri et lâcha Zoroark sur le coup.
Il essaya de se débarrasser de la bête sur sa main en secouant son bras dans tout les sens, si bien qu'il finit par en perdre l'équilibre puis par tomber, emportant tout son étalage dans sa chute.

Zoroark avait eu le temps de s'éloigner suffisamment pour que l'homme ne puisse plus le voir, mais en restant assez près pour qu'il puisse, lui, observer le vendeur continuer de se débattre dans tout les sens, malgré la pile de fruits et les étagères tombés sur lui.
Il ne pu se retenir de rire face à une telle vue, mais se contraignit à partir au bout de quelques instants.

"Eh.
Crétin."


Il observa son butin;
Il avait réussi à voler la pomme malgré-tout.
Voulant vérifier si le fruit n'était pas abimé, il fini par décider qu'il était trop affamé pour ça et qu'il valait mieux manger sans faire d'histoires.
C'était la récompense de son dur travail, après tout.
La pomme fut engloutie en quelques minutes.
Le pokémon allait jeter le trognon par terre quand une voix s'éleva.

...MMAJRRRAA...

"Que..?"

Il regarda autour de lui, mais il ne vit personne qui aurais pu lui parler.

Viens...

Encore.
Zoroark commença à charger de l'énergie dans ses bras, pris de panique.

"Qu...
Qui à dit ça ?
Montre-toi !"


Besoin de porteurs plus puissants...

Cette fois, le pokémon compris que la voix était dans sa tête.
Il était cependant certain de ne pas être en train de rêver.
La voix semblait pourtant venir d'une direction en particulier.
Quelqu'un ou quelque chose était probablement en train de jouer avec son esprit, et il était persuadé que le responsable, quel qu'il soit, se situait dans cette direction.
Intrigué mais restant prudent, le pokémon Illusion continua sa route dans cette direction.

Au bout de quelques minutes de marche, il se trouva devant une façade de restaurant.

"...'Le bar de Pandarbare'..?"

Soudainement, ce qui était une voix en devint plusieurs, et elles assaillirent l'esprit de Zoroark avec agressivité.

ILS T'ONT DÉLAISSÉ...

...ILS NE TE VOIENT PAS AUTREMENT QUE COMME UN BANDIT...


"Qu'est-ce que...
Arrêtez !"


N̥͌O͕͋U̺̓Ṡ̳ ̗͗P̭̒O̝̎Ụ͆V̲̎O̱͊Ň̙S̮͠ ̮͝D̙̄E̳̒V̹̕E͚̊N͈̑Í̞R̢̉ ͓̓F̨̏Ọ̀Ȑ̨T͙̈́S̘͌.̨̉.̟͝.̢͐

Zoroark s'écroula au sol, essayant de s'écraser le crâne avec les mains.
Les voix lui vrillaient les tympans, la douleur devenait insupportable.

T̶͕̯̑̌͠ͅU̸̺͈̯̽̃͒ ̶͍͕̬̀̀͗Ṗ̵̛̞̠̜̽Ȏ̸͈͙͈̄̕Ư̵̫̺͙͑̚R̸̯̳̯̈̀̌Ȑ̵͙̝͚͒̎Á̸͍͍̬̌͝I̷̡̞̤̍̏̏S̷̮̫̳̿̆̃ ̵̡̲̝̏́̈́Ê̵̯͔͕̽̈̓T̴͙͇͓͆͊͗R̴͚͉̳̈̿̃E̷̙̻̞̅̓̚ ̴͕̥̃͑͘ͅD̴̠̟̏̅̈́͜I̴͇̜͒͑͠ͅG̶̡͙̩̒̓͂Ǹ̶̩̗̝̊̏Ȩ̶͍̗͌̆̍.̶̜͖̙͗͆̎.̸̨̻̭̈̉̕.̵̢̟͈́̽͘

"Qui...
Qui êtes vous ?!"


M̸̤̔Ä̸̤́J̶̣͐J̷̨̍J̸̰͐J̸̯̓.̶̞̉.̵̧͊.̵̯̆

R̵̛̘͎͙͗̽R̸͔̝̮̿̊͝R̷̘̺̟̍̊͒A̶̟̤̺͂͗͆Ȁ̴̧͈͈͝͝À̴͔̜̳̀̿Á̷͉̟̙̑̕Ā̶̢̼͇̀̚A̵̦͎̮͊͑̉À̷͔̙͇̅̃.̵͍̙͓̓͌͒.̷̬͖̥̿́̕.̷̫̞̜̅͑͠



Arrivant à peine à y saisir quelque chose, Zoroark se sentit comme attiré par l'intérieur du restaurant.
Malgré la douleur, il y jeta un coup d’œil à travers la vitre.
Personne ne l'avait remarqué.
Cependant, son regard se posa comme instinctivement sur l'une des décorations au mur.
Un masque.


"...Je viens te chercher..."



____________________________





"Mais bon sang, il est où ?"

"Vous avez perdu quelque chose, patron ?"

"Le masque !
Je l'avais accroché sur ce mur, il était encore là hier soir !"


"Il n'a pas pu partir bien loin, vous avez dû mal l'accrocher."

"Non, rien à faire, j'ai déjà cherché partout !
Il s'est envolé !"


"C'est étrange, on nous l'aurais volé pendant la nuit ?
Pourquoi ne voler qu'un masque et laisser le reste du restaurant intact ?"


"...Ou peut-être que l'un de nos employés s'en serais débarrassé dans mon dos !"

"...Hein ?"

"Te moque pas de moi, j'ai bien vu que t'aimais pas ce masque !
Allez, rend-le moi et je ferais comme si rien de tout ça ne s'était passé !"


"...Mais voyons patron, le masque était encore là quand je suis parti hier soir, vous avez quitté l'endroit bien après-moi !
Et vous savez bien que je n'ai pas les clés, alors vous pensez peut-être que j'aurais réussi à crocheter la porte avec mon bec et mes ailes ?"


"...C'est pas faux.
J'aurais pas dû douter de toi, pardon.
Mais alors, qui aurais bien pu..?"


"Excusez moi..."

"Ouais ?"

Un autre pokémon se dressait désormais devant Pandarbare et Hélledelle.
Une grenouille, humanoïde.

"Il se trouve que votre discussion à éveillée mon intérêt et que je n'ai pas pu m'empêcher de vous écouter.
Si je puis me permettre, il paraît assez évident que vous avez affaire à un voleur, aussi j'aimerais vous proposer mes services pour traquer le brigand en question et récupérer votre bien volé."


Surpris de la proposition soudaine, Pandarbare mis un certain temps à réagir.

"Et bien...
Pourquoi pas, si vous pensez être capable de retrouver le coupable.
Enfin, n'allez pas vous attirer des ennuis."


"Entendu.
Cela pourrais prendre quelques jours, mais ne vous inquiétez pas, je retrouverais votre masque."


Et la grenouille se mit à courir vers la sortie, avant de bondir sur un immeuble une fois sorti.
En quelques instants, il avait disparu.

"Bizarre, ce type."

"Amphinobi, attends !"

Et voilà qu'un quatrième pokémon faisait son apparition, voulant retenir celui qui venait de quitter les yeux.
Un être humanoïde, à la fourrure beige malgré un dos bleu faisant penser à une cape, et dont s’échappaient de temps à autres quelques gerbes de flammes.

"Tiens, Typhlosion, tu le connaît celui-là ?"

Le pokémon interpellé abandonna aussi tôt l'idée de rattraper le pokémon amphibie, puis se tourna vers Héledelle.

"...Ouais, c'est Amphinobi, un pote à moi.
Qu'est-ce qu'il vous a dit ?"


"Il viens de nous offrir son aide pour retrouver un individu nous ayant volé une de nos décorations."

"Ah bon sang, il est borné celui-là...
Je me suis un peu moqué de lui, et je crois que je l'ai vexé.
Du coup il essaye certainement de me prouver quelque chose en retrouvant votre voleur.
J'espère qu'il vas pas vous causer de soucis..."


"Bah, au moins on aura quelqu'un sur le coup.
Si il retrouve vraiment le voleur, ça m'évitera de devoir en faire tout un foin avec la police."




____________________________




Désormais nous ne sommes qu'un...

"Nous...
Nous les détruirons...
Nous les ferons souffrir..."


Nous les empalerons...
Nous les ferons sombrer...



"Majjjjj...
SommmmJorrraaaa..."


NsommmmMajjjrraa...


MJORRRR...


NOUSSSOOMMMMMMM...































Ņ̷̢̛̛̛͚̤͕͎͖͇̮̖̝͇̱̜̻͕̠̦͎̻̘̹̟͙̺̹̫͈͚͌̑̀̌͌̏̆̆̽̑͐̆́̆̀̓͗̒̐̄͐̑̚͘̚ͅÒ̸̡̡̢̨̡͙͚͇̱̭͍̱͙̰̟̺̻̩̫̲̬̰͍̣͓̦̱̠̝͓͔͎̞̈́̏͆̌̇̈́̑̒͂̓͂̈́̏͐͛́̀̈̃̇̀̈́͒̂͛͆̃̇̂̚ͅƯ̴̧̡̺̝̣̙̳͓͈̻͚̞͉̹̳̖̱͉̦̤̪̩̪͙̣̠̠̺͙͙̥͍̦̘̆̇̊͐̅̈̀̎͗́̽̈́̒̈́̓̊̿̅̉̒̋͋̌͑̋͗͋̉̿̓̄͘̚͜͝͠ͅS̴̨̢̨̨̛̛̤̯̦̤̰̺̖͚̰̬̥̣̼̹̙͙̦̟͚͇͖̫̬̣̳̯̞͎̳̲̃̌̓̔̌̋̈́̔͊̎͋͗͊̾̀̂̓̌̐̈́̈́̑̓̅̍͂̀̉̇̓̚͝ ̴̢̢̨̼̮͇̦̬̺̳̯͈̲̰͎̩̖̱͙̠̥̝̥͖̩̘̰͕̼͕͈͙̘̾͗̈́̽̈́̎͐̈́͒̋͗̄͗͋̉͂͑͗̋̎͊̍̿͊̎͗̉̈́̇̓͌̓͑͛̈̄́͜͝͝S̸̡̡̨̛̭̭̬̹͈̲̫̗̫̥̭̦̲̮͖̱̹͇̪͈͚̟̹̟̮̺̼̹̺͚͂̒̂̂̃͌̽͑̇͛́̿͒̅́̈̃́̓͊̔̅̓̿͒̓̌̏͌̿͘̚̕͝͠Ợ̸̢̬̭̭͎̬̱̖̘͕̠̞̙͚̱̼͙̥͚̗̳̭̣̖̼̪̥͌͂̎͐̀͒͊͌͑̓͒͛͐͆̾͆̓͌̑̌̓͛͂̈̔̿̾͜͝͝M̷̡̡̢̨̛̠͇͉̜͉̟͉͇̫̲͙̠̳͈͉͕̙̤͉̯̬̻̖̯̒͆̈́̾̈́̔͂̎̎̾͂̏͌͂̆͊̍̍̈̆̏̓͗̀̀̏͊̈̓͘̚͝M̴̡̧̛̛̥͓̳͉̜̟͖͙̠̖͕͖̭̥̰̰̜͖̜̳̗̣͖͔͑̃̑̏̈́̋͐͊͐̇͛̊̏͒̇̈͗̓͛̓̈́̌̍̂̆̈́͑͘͝͠ͅȨ̸̧̥͇͔̳̼̮̤͚̻̥̜̜̮̯̲̖̳̳̼͙͎͍̳̹̜̙̘̫̩̘̖͔̣̜͇̖̏̔̃̀͐̒̒́̅̆̽̀̀͊̀̑̇̉̂̐̈͐̽̎͆͛͊͘͝͝S̶̡̨̡̛̞̩͕͈̼̬̫̟͎͈͔̻̦͉͔͉̣̭̜̲̜̱̺̙̣̊̓̍͌̃͆̄̿̄̓͊̇͋̊͑̓̂̑͛̈́̑̍̎͂͛̒͗͌̌̆͊̍ͅͅ ̷̢̨̨̛̛̛̼̲͚͚̰͚̯̲͇̜͙̭̮̰̠͉͉̗͇͍͔͉̃̋̍̊̀̈́̔̐̉̍̽͒͌̊̾̑̃̚̚͘͜͜͜͠͝ͅM̶̡͙̺̥͓̠͇̗͇̹͍̯̞͔̲͕̮̦͓̱͖̰͖̤̭͚̯̭̯̣̤̀͑̽̐́̀͗̋͐̿͊̀̇̽̈́͋͑̓̌͊̈́̈́̆̈́̌̃̈́̑͘͘͜͝͠͝͠͝ͅĄ̵̡̨̡̨͇̣̠̻̖̭͈͎̦̯̞̟͇̮̖̫͔̗̯͉̌͋̀̾͗̓͊̍̈́̌̂̓̀́̐̃̀̇̓̃̽̃̓͌̈̾̀͘͠͝J̸̧̨̡̖̼̺̼̯̙͙̻̳͔̳͍̮̫͖̣̯̦̭̱͇̩̤͂̒̈́̔̀̂̎͛̿̒̈́̂̋͑̀̈́̇́͊́̓͆̕̕͝O̷̗̻͙͕̱̗͈̥̣̲̖̻̫̠̹̮̖̲͖̟̻̮̦̹̘͕̯̰͓̙̗̥͔̻̮̓͊̿̄̓̂̓́̓͗̌̌̉̈̋́͌͌̏̑̆͗͂̂̿̀̒͋̊̏̿̄͋̃̄̚͜͝Ṛ̷̨̧̛̛͇͕̱̘̰̟̘̻͍̳̖͉̯͉̗̪̝̖̞͕̹͍̇͌̂̒̈̃͒̽̿̃̇̃̋̍͒́̓̽̿͌͂̅͐́̏͗̅̉́̚͘͜͝͝A̵̛̱̱̠̗̤̰̟͓̪͔̗̫̭̥̮͔͙̯̭̤̪̫̻̎̌̿̈́̒͋̿̄̈̓̑̎͐͗͂͗̄̆̈́̿͘̕̕͜͠͝ͅ.̴̧̨̧̢̛̛̗̣͔̥̱̜͎͈̟̗̯̹͙̜͚̘̰̥͍̠͖̼̻͚̀̔͒͋̍́̋̿͗̏̋̉̾̑̍̀̏̀͌͂̍̿͌̃̈́̑̈́̾̕͘̕͘͝͝͝͠͝ͅͅͅ











Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Pervertis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Multiverse City :: Partie RP :: Section Solo :: Préquelles-